navigation

Des Mots Passants… signale un piège !!

 

On écrit :                                           Mais on écrit :

Va te faire voir !                               Vas-y voir !

le mont Blanc                                    le tunnel du Mont-Blanc

un faux sens                                     un contresens, un non-sens

un pas de porte                                en porte-à-faux

un portefeuille                                   un porte-monnaie

l’âge de pierre                                  le Moyen Âge

le Moyen Âge                                    le Moyen-Orient

New York                                         les New-Yorkais

Y a-t-il ?                                          Va-ten !

des coups de pied                           un coup-de-poing

 

et Des Mots Passants… sait pourquoi.

 

Ne négligez pas non plus l’importance de la ponctuation, pensez à la différence de sens entre « Et si on mangeait, les enfants ? » et « Et si on mangeait les enfants ? »

Le trait d’union n’est pas facultatif ! Pensez à la différence de sens entre « Cet homme avait une queue-de-cheval » et « Cet homme avait une queue de cheval » ou à ce que vous pourriez ressentir en prenant « un coup de pied de biche », auriez-vous aussi mal qu’en prenant « un coup de pied-de-biche » ? Oui, sans doute, je vous l’accorde…

 

Les plus fréquentes confusions :

statue et statut / tribu et tribut / acquis et acquit / fonds et fonts / paraître et parer / ballade et balade / prêt et près/  raisonner et résonner / bayer et bâiller / d’avantage et davantage / censé et sensé / différent et différend / parti et partie / septique et sceptique / quand et quant / goutter et goûter / compter et conter (fleurette) /pose et pause / tacher et tâcher / martyre et martyr / pêcher et pécher / voie et voix… entre autres ! (avec un S à « autres »)

Et ce ne sont pas les seules sources d’erreur d’un texte, c’est pourquoi Des Mots Passants… chasse les fautes !

 

PS : Je partage ce texte d’un autre auteur qui, lui aussi, a pris toute la mesure de la difficulté de notre langue… Il donne lui aussi des exemples, auxquels s’ajoutent beaucoup d’autres ! C’est pour cela qu’on peut si bien jouer avec elle ! Amusez-vous bien ! Un texte de Jacques Grieu

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

colombine40 |
Quand ma plume parlera |
gonthim |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Il était une fois...
| célia dojan
| marietheresedarcquetassin